Jardin potager : autonomie alimentaire

Depuis le mois de mars, nous avons commencé un jardin potager afin de disposer de légumes frais toute l’année. De la graine à la récolte, je vous raconte notre chemin vers l’autonomie alimentaire

Le jardin Potager de La Maison Écologique

En réalité, nos jardins existent depuis la création de l’association, en 2016. Nous avions eu l’idée de proposer des jardins partagés sur nos terrains ainsi que dans quelques espaces publics. Notre projet avait été difficile à mettre en place par manque de place et d’organisation.

Depuis l’été dernier, c’est l’Oasis Equi Wild qui accueille le jardin potager. Vous pouvez voir notre serre verte si vous passez par la route du Puy, à la sortie de Villevocance. J’ai aussi un petit potager devant la maison, à Vanosc mais je me limite aux tomates et aux salades.

De la graine aux plants

Nous sommes situés en Ardèche et le village est en altitude alors David prépare les semis sous serre. Nous utilisons principalement nos graines ainsi que les semences biologiques de Biaugerme. Vous l’aurez compris, nous évitons les légumes bricolés de type hybride F1. Récolter les graines de nos plantes préférées est un geste que nos grands-parents pratiquaient déjà au jardin comme au potager… Économique, la récolte de graines vous permet également de préserver les plus beaux pieds.

David apprend à ses légumes à résister aux intempéries, mais aussi aux maladies, au manque d’eau : en bref, nos légumes sont Ardéchois 😉

Respecter la biodiversité au jardin potager

Quand David a commencé les semis, j’ai fermé mon espace de travail afin de laisser monter la végétation. Toutes les fleurs sauvages présentes attirent les insectes comme les coccinelles et les papillons. Comme le potager est installé sur le terrain d’hiver de nos chevaux, nous disposons de crottin composté. Après 3 années, notre terrain héberge aussi les insectes souterrains qui travaillent le sol et le rende particulièrement fertile.

Les fleurs et les légumes sont bons amis et maintenant que les Saints de glace sont passés, nous avons repiqués nos plans.

Les fleurs du jardin

Même si les plans de courgettes font des fleurs avant d’offrir des fruits, je sème des fleurs multicolores un peu partout. D’ailleurs, certaines fleurs vous aideront à repousser les prédateurs du jardin potager et je vous parlerai des associations avec les plantes aromatiques.

La permaculture nous forme à une éthique ainsi qu’à un ensemble de principes. L’objectif étant de nous permettre  de concevoir notre propre environnement, et ainsi de créer des habitats humains plus autonomes, durables et résilients, en s’inspirant des fonctionnements naturels dans le milieu où le « design » se construit.

L’idée est d’atteindre une société moins dépendante des systèmes industriels de production et de distribution. Je propose souvent ces idées à mes consultants car la naturopathie repose sur une bonne hygiène de vie et une alimentation vivante.

Le temps des salades

J’ai commencé à déguster mes salades en avril car il y avait quelques salades d’hiver. Mes premières salades d’été ont poussé sous tunnel dans mon petit potager de Vanosc et maintenant, elles sont au soleil de Villevocance. Nous avons repiqué les plants de tomates ainsi que tous les cucurbitacées.

Les haricots sont semés directement en pleine terre et nous avons aussi quelques pieds de melon, miam. Je mange mes premières framboises avec plaisir car ici, il n’y a aucun produit. Le crottin de cheval composté fait des merveilles, sachant bien sûr que nous ne donnons pas de cochonneries à nos chevaux 😉

Je vous souhaite une belle semaine, cette semaine nous travaillons sur le site de l’Arboretum mais sans accueil public car nous devons respecter les mesures liées au covid19.

A bientôt.

 

 

 

Author: Angélique

Savoir écouter les chevaux pour une expérience sensible de la nature
Naturopathe et Ecothérapeute (Une quête de soi avec le cheval pour guide)
Conférencière, Auteur
Études et recherches : Éthologie et cognition comparée

5 thoughts on “Jardin potager : autonomie alimentaire

  1. bonjour, comment vas tu? mon père avait un immense jardins quand on était enfants et je n’en comprenais pas vraiment le sens. maintenant je vis en ville, c’est bien différent. passe un bon lundi et à bientôt!

    1. Bonjour. Je suis allée galoper dans les bois avec mon cheval et j’ai des tas de courbatures ?
      Le potager, Ben il te donne de beaux légumes toute l’année. Je n’utilise aucun produit chimique et le jardin est au soleil. Une nourriture saine pour une bonne santé.
      A bientôt ?

  2. Salut Angélique !!
    J’ai vu que tu avais des coquelourdes des jardins. J’en ai également à l’entrée de mon potager.J’adore mais attention à la propagation. Il faut tout le temps les canaliser ou bien supprimer les fleurs fanées. Mai si tu en as beaucoup c’est fastidieux au bout d’un moment.

    1. Je connais cette plante depuis une dizaine d’années. Il n’y a pas longtemps que tu l’as plantée je suppose ? Dans mon jardin potager et plus exactement au pied de mon pommier je canalise la menthe également. Pour la consoude je l’ai installée un peu à l’écart du potager et je ne suis pas embêté avec. Maintenant je vais être obligé à partir de l’année prochaine de canaliser la tanaisie car j’ai repiqué un peu de partout dans mon jardin potager des rejets car il s’agit d’une plante très répulsive envers certains parasites et elle protège les végétaux, les légumes en particulier.

Merci de laisser une trace de votre passage, je vous lirai avec plaisir.